Connexion
Close
Info firme
APPL Votre Union
Biocodex
Abbott
Officinall
Takeda
Mithra
Ixx Pharma
MEDA
Pharmabelgium
Curalia
Hartmann
Van Breda
Verreries Dumont
idphar

News

07/10/2014

Paracétamol : la Suède fait marche arrière

Cinq ans après avoir autorisé la vente du paracétamol (et de 615 autres médicaments) en dehors des pharmacies, la Suède s’apprête à faire marche arrière. À partir du 1er mars, le paracétamol sera en effet à nouveau uniquement vendu en pharmacie dans ce pays qui avait un peu trop vite cédé aux sirènes de la libéralisation sauvage. L’objectif de la réforme de 2009 était de faciliter l’accessibilité aux traitements ; il n’y a en Suède que moins de 12 pharmacies pour 100 000 habitants (contre 35 en France). L’autorisation de vendre certains médicaments sans prescription a donc été accordée à 5 600 points de vente, dont les bureaux de tabac et les stations-service. Résultat, cette banalisation du médicament a entraîné une surconsommation. Un nombre record d’hospitalisation a été enregistré, rien que pour le paracétamol : 1 200 personnes hospitalisées pour cause de surdosage, soit deux fois plus depuis qu’il est en vente libre. Le nombre d’appels au Centre d’information antipoison a quant à lui augmenté de 36 % entre 2009 et 2013. Pendant cette période, les ventes de paracétamol ont explosé : une progression de 60 % dans les commerces hors pharmacies, contre seulement 7 % dans les officines. Face au danger, l’Autorité du médicament a demandé d’interdire la vente de paracétamol en dehors des pharmacies afin d’en limiter l’accessibilité.
Une sage décision qui devrait faire réfléchir ceux qui, en France, rêvent de vendre des médicaments dans les supermarchés.
Source : Lequotidiendupharmacien.fr

http://www.lequotidiendupharmacien.fr/actualite/article/2014/10/06/paracetamol-la-suede-fait-marche-arriere_187356#sthash.k2Po3ZNN.dpuf

25/09/2014

Evolution du métier de pharmacien

JT RTBF 19h30 du mercredi 24 septembre   (reportage à 17.19 min. du JT) CLIQUEZ ICI

24/09/2014

Délivrance de médicaments sans ordonnance, est-ce normal ? Alain Chaspierre - "on est pas des Pigeons" RTBF

"On est pas des Pigeons" Emission diffusée par la RTBF le lundi 23 septembre 2014

Reportage (à 30,55 min. du début de l'émission) : Délivrance de médicaments sans ordonnance, est-ce normal ? Alain Chaspierre nous dit tout.   Cliquez ici

16/09/2014

La pharmacie de garde n’est pas un night shop


Communiqué de presse
La pharmacie de garde n’est pas un night shop

Bruxelles, le 15/09/2014 – Crème solaire, fond de teint, pince à ongles, crème antirides, produits amaigrissants, peigne, talc, gel douche, shampoing antipoux, mousse à raser, mascara, dentifrice, déodorant, crème hydratante, dissolvant, vermifuge, antipuces, etc. Une enquête menée auprès de ses membres par l’Association Pharmaceutique Belge l’illustre à foison : les pharmaciens qui assurent le service de garde la nuit doivent très souvent répondre à des urgences qui n'en sont pas. Une campagne de sensibilisation
de la population démarre ce lundi en pharmacie et sur www.pharmacie.be, le site de
référence pour chercher une pharmacie de garde partout en Belgique.

Un service de garde performant
Chaque jour, un Belge sur vingt franchit le seuil d’une pharmacie, soit pour y chercher un médicament prescrit par son médecin, soit pour obtenir un conseil sur sa santé, sur un médicament en délivrance libre ou un autre produit de santé. Les soins de première ligne prodigués par le pharmacien sont directement accessibles à tous. De plus, l’accès aux médicaments est assuré en permanence grâce à un service de garde performant. On trouve toujours une pharmacie ouverte près de chez soi, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Pharmacie de garde ≠ ouverte pour n’importe quel achat
Le service de garde a pour but de garantir la continuité des soins à l’ensemble de la population. Les pharmaciens assurent ce service à tour de rôle, en plus de leurs heures d’ouverture normales. Contrairement à d’autres professions, ils ne bénéficient d’aucune période de repos après leur prestation de garde. La nuit, les pharmaciens de garde sont donc prêts à répondre à tout besoin urgent de médicament, mais leur pharmacie n’est certainement pas ouverte pour n’importe quel achat.

Respectons le sommeil du pharmacien de garde
Être réveillé à 3 heures du matin pour un test de grossesse… n’est qu’un des nombreux exemples de
« fausses » urgences auxquelles les pharmaciens doivent faire face durant leur service de garde. Comme le montre une enquête menée cet été par l’APB auprès de ses membres, trop de gens, par ignorance ou par facilité, abusent de ce service pour faire du night shopping. Si la notion d’urgence est bien entendu subjective et peut dépendre de circonstances particulières, rien ne peut justifier de réveiller le pharmacien en pleine nuit pour acheter une crème antirides ou un vermifuge pour le chien, ni d’ailleurs pour réserver un vaccin contre la grippe, compléter sa pharmacie de voyage ou venir chercher un médicament prescrit depuis plusieurs jours par le médecin.

Qui dit service de garde, dit honoraire de garde
A l’instar des autres prestataires de soins, le pharmacien peut percevoir un honoraire de garde pour toute prestation effectuée en dehors des heures d’ouverture normales. L’enquête réalisée par l’APB montre que ce droit est largement méconnu. Quelles sont les règles en la matière ?

   Si le patient vient chercher, en soirée (à partir de 19 heures jusqu’à 8 heures du matin) ou le dimanche ou un jour férié, un médicament remboursé prescrit, dont l’urgence a été attestée par le médecin ou le pharmacien, l’honoraire de garde est pris en charge par l’assurance- maladie et s’élève à 5,11 euros.
   Dans tous les autres cas (prescriptions non urgentes, médicaments non remboursés, autres produits,…), l’honoraire de garde est à charge du patient et le pharmacien peut en fixer librement le montant, à condition que celui-ci reste raisonnable et qu’il soit affiché de manière bien visible.

Bref, il est vivement conseillé de différer tout achat non urgent pour éviter de devoir payer un supplément d’honoraire. Outre ce message, les informations diffusées à partir de ce lundi sur www.pharmacie.be font également le point sur le bon usage de certains produits souvent demandés (test de grossesse ou pilule du lendemain, par exemple) mais qui nécessitent rarement une délivrance en urgence. Parallèlement, le slogan de campagne sera porté en pharmacie par un jeu d’affiches à découvrir au verso.
 
Un message de campagne, cinq visuels

Pour faire passer le message
« la pharmacie de garde n’est pas un night shop », cinq visuels ont été développés et soumis, durant l’été, aux votes des pharmaciens membres de l’APB.

Les deux affiches gagnantes (ci- contre) ont été imprimées et distribuées à toutes les pharmacies membres de l’APB, mais chaque pharmacien est libre d’utiliser l’ensemble du matériel développé.

 Entraperçu de la vie nocturne des Belges…
Plus de 1.400 pharmaciens indépendants ont répondu à l’enquête menée cet été par l’APB ; une enquête qui met notamment en lumière des comportements d’achat nocturnes pour le moins incongrus. Si, tout en étant rarement justifiées, certaines demandes récurrentes apparaissent logiques (les somnifères, tétines, laits pour bébé, Viagra®, préservatifs, pilules du lendemain, sprays nasaux, sirops antitussifs ou analgésiques,…), d’autres frisent le surréalisme ou témoignent d’un manque de respect évident vis-à-vis des pharmaciens : produit antipuces pour reptiles, seringue pour arroser des
orchidées, acide borique en paillettes, eau distillée, paraffine liquide pour poisson constipé, soutien- gorge de sport, produits amaigrissants, ouate pour bricolage, tétine pour chien, etc.

Par ailleurs, trois cas de figure fréquents irritent tout particulièrement les pharmaciens :

   Les gens qui viennent en pleine nuit chercher les produits (médicaments et/ou non- médicaments) qui manquent à leur pharmacie de voyage ; leur départ en vacances étant programmé pour le lendemain à l’aube.
   Les gens qui se présentent « en urgence » avec des ordonnances vieilles de plusieurs jours, semaines, voire mois dans certains cas.
   Les gens qui renoncent à leur achat « urgent » à cause de la « taxe de garde ».


Informations utiles
Pour tout complément d’information ou interview sur la campagne, veuillez prendre directement contact avec les porte-parole de l’APB :
   Alain Chaspierre (Fr) : 0476.66.43.59,  alain.chaspierre@apb.be
   Dirk Vos (Nl) : 0477.47.71.35, dirk.vos@apb.be

 
A propos de l’Association Pharmaceutique Belge (APB)
L’APB est la fédération nationale des pharmaciens d’officine indépendants. Plus de quatre pharmacies publiques belges sur cinq y sont affiliées et y sont représentées par leur union professionnelle locale. Au-delà de la défense et de la promotion de la profession auprès de tous les intervenants du secteur de la santé, l’APB met à la disposition de ses membres un large éventail de services et d’outils visant à les soutenir dans l’exercice quotidien de leur métier. En parallèle, elle développe une importante activité de recherche et de réflexion prospective axée sur le déploiement de nouveaux services en pharmacie qui apportent une contribution positive à la santé publique. L’APB peut compter sur une centaine de collaborateurs qui partagent tous un seul et même objectif : développer, valoriser et soutenir l’expertise du pharmacien d’officine indépendant au service de la santé de ses patients.

 

       

   

   

La pharmacie de garde n’est pas un night shop

 

La nuit, les pharmaciens de garde sont à VOTRE SERVICE pour répondre à tout besoin URGENT de médicaments.


   

   


 

 

pills pic