Connexion
Close
Info firme
Hartmann
Mithra
Ixx Pharma
idphar
Curalia
Verreries Dumont
APPL Votre Union
Van Breda
MEDA
Abbott
Officinall
Pharmabelgium
Takeda
Biocodex

News

20/08/2014

Contre façon des médicaments : Alain Chaspierre RTL TVI

30/06/2014

Préparation magistrale: des pharmaciens introduisent une plainte contre la nouvelle loi

Un groupe de pharmaciens a introduit une plainte auprès de la cour constitutionnelle contre la nouvelle loi qui bafoue selon eux "le monopole des préparations" des pharmaciens, rapporte De Tijd vendredi.

Selon une nouvelle loi, les pharmaciens peuvent sous-traiter la production de préparations propres à des patients à des firmes spécialisées.

Mais cela engendre, pour les plaignants, que "les intérêts commerciaux priment sur la santé publique". Ils se plaignent aussi que la loi est plutôt favorable à une société: le groupe pharmaceutique Arseus.

Pour l'Association pharmaceutique belge (APB), il y a deux tendances dans le secteur. "Certains pharmaciens pensent que l'industrie peut fournir une qualité supérieure, d'autres trouvent qu'ils doivent rester à l'origine des préparations."

Le cabinet de la ministre de la Santé sortante, Laurette Onkelinx, travaille actuellement à un arrêté royal sur le sujet.
 
Source : APB, Belga

 

23/06/2014

Dossier Pharmaceutique Partagé: 150.000 patients et 1.500 pharmacies participent déjà


-Le Dossier Pharmaceutique Partage´: un nouvel atout pour la sante´ de vos patients

 - Environ 150.000 patients belges ont déjà enregistré leur "consentement éclairé" à la consultation de leur Dossier Pharmaceutique Partagé (DPP), a-t-on appris jeudi du secrétaire général francophone de l'APB (la fédération nationale des pharmaciens d'officine indépendants), Alain Chaspierre. Par ailleurs, environ 1.500 officines sur les 4.900 que compte le pays ont signé un contrat avec l'asbl qui gère la base de données du DPP. Ces 1.500 pharmacies sont donc prêtes à en faire usage.
Le DPP est un système qui permet à n'importe quel pharmacien belge (participant) d'accéder au dossier pharmaceutique du patient qui se présente devant lui, le dossier reprenant les médicaments délivrés au patient par le passé (nom, dosage, date de délivrance). Le but est d'éviter "les problèmes éventuels tels que des interactions médicamenteuses, des contre-indications, une double médication, un surdosage ou un sous-dosage", note l'APB.
 Pour disposer d'un DPP et en autoriser la consultation par les pharmaciens participants, le patient doit toutefois d'abord signifier son "consentement éclairé". "C'est le principal frein, actuellement, car il doit le faire en se connectant sur le site eHealth, avec un lecteur de carte d'identité", indique Alain Chaspierre. "Dans le courant des grandes vacances, il deviendra possible d'encoder le consentement directement chez un pharmacien, ce qui devrait régler ce problème".
 Pour que le système du DPP fonctionne "de manière optimale", il faut également "qu'une bonne partie des pharmacies belges y aient accès", insiste-t-il. Les 1.500 participants actuels sont déjà "un bon chiffre, sachant que le DPP a été lancé en février et qu'il a fallu 4 ans à la France pour généraliser un tel système", précise Alain Chaspierre, qui se dit globalement "satisfait".
 "Le Dossier Pharmaceutique Partagé peut s'avérer très utile durant les vacances", selon l'APB.

Sources APB, BELGA

pills pic