Connexion
Close
Info firme
Hartmann
Curalia
Van Breda
Biocodex
MEDA
Verreries Dumont
Pharmabelgium
Officinall
Abbott
Mithra
Ixx Pharma
Takeda
APPL Votre Union
idphar

News

05-02-2014

Journée mondial du cancer 2014


Le cancer va continuer à s’étendre dans le monde,  notamment dans les pays
en développement, avec près de 22 millions de nouveaux cas annuels attendus à l’horizon
2030, contre 14 millions en 2012, selon un rapport mondial publié lundi.

Malgré des progrès majeurs dans les traitements proposés, les décès devraient eux
aussi augmenté, passant de 8,2 millions en 2012 à 13 millions en 2030, alors
même que plus de la moitié de ces cancers pourraient  être évité « si les connaissances
actuelles étaient correctement appliquées ». « Les pays à bas et
moyens revenus seront incontestablement les plus touchés car beaucoup d’entre
deux sont mal équipés pour faire face à cette escalade du nombre de malades
atteints de cancer »,  souligne Margaret Chan, la directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé
(OMS) dans son introduction au rapport publié par le centre international de
recherche sur le cancer (CIRC/IARC), une agence spécialisée de l’OMS, basée en France,
à Lyon.

Réalisé avec l’aide de 250 experts originaires de 40 pays, le rapport « World
Cancer Report 2014 » passe en revue les principales données disponibles,
au fil de plus de 600 pages.


Cancer du poumon en tête


En 2012, le cancer du poumon arrivait en tête des cancers les plus fréquemment
diagnostiqués (1,8 million de cas, soit 13 % de l’ensemble des cancers), devant
le cancer du sein (1,7 million, soit 11,9 %) et le cancer du côlon (1,4
million, soit 9,7 %).

Le cancer du poumon est également de loin le plus meurtrier avec 1,6 million de décès en
2012 ( 19,4 % de tous les décès par cancer) devant le cancer du foie ( 800 000,
soit 9,1 %) et le cancer de l’estomac ( 700 000, soit 8,8 %).


Et si les hommes sont globalement plus touchés que les femmes (ils représentaient 53
% des cas de cancers et 57 % des décès), plus de 60 % des cas et de 70 % des
décès surviennent actuellement en Afrique, Asie Amérique Latine, une tendance
qui ne devrait pas s’inverser dans les prochaines années.


Défi majeur de santé publique

« Compte tenu de la croissance et du vieillissement de la population, ainsi que du développement de
facteurs de facteurs de risques comme le tabagisme, la situation devrait s’aggraver
dans les prochaines décennies, posant un défi majeur aux systèmes de santé dans
les pays à bas et à moyens revenus », avertit le directeur du CIRC,
Christopher Wild, dans son introduction au rapport.


QUELQUES CONSEILS SIMPLES :

  • Une vie saine

 

  • Une alimentation la plus variée possible – éviter les repas trop riches en viandes et protéines

 

  • Avoir une journée active  et non sédentaire

 

  • Pratiquer une activité physique classique (marche à pied, …)

 

Source : RTBF info









 

16-01-2014

Un nouveau service pour améliorer la prise en charge de patients chroniques

ENTRETIEN DE NOUVELLES MEDICATIONS (ENM)

 C’est une petite révolution qui s’annonce dans les
pharmacies du pays. A partir de ce 1er octobre, le pharmacien pourra proposer à
ses patients qui entament un traitement de l’asthme un accompagnement
personnalisé sous la forme de deux entretiens. Une nouvelle prestation de
santé, prise en charge par l'INAMI, qui devrait
progressivement s’ouvrir, à l’avenir, à d’autres catégories de patients
chroniques.


En tant qu’expert du médicament et acteur de santé de 1ère ligne, le pharmacien
peut remplir un rôle très important dans l’accompagnement des patients dans
leurs traitements médicamenteux. Le peut notamment contribuer à l’éducation
thérapeutique du patient et ainsi favoriser une meilleure observance du
traitement prescrit par le médecin.


Un nouveau type de prestation pharmaceutique, fruit d’une intense collaboration
entre les pharmaciens, les mutuelles et l’INAMI, est sur le point de voir le
jour. Cette prestation prendra la forme de deux entretiens d’accompagnement, au
cours desquels le pharmacien abordera avec le patient les différentes facettes
de son traitement (conseils liés à la prise du médicament, questions suscitées
par le traitement ou la pathologie, difficultés éventuellement rencontrées,
etc.). Objectif de ce suivi individualisé : renforcer l’efficacité du
traitement prescrit en travaillant notamment sur le bon usage des médicaments
et l’observance thérapeutique. Une attention particulière sera par ailleurs
accordée à la complémentarité avec le médecin.


Comme leur nom complet l’indique, les « entretiens d’accompagnement de nouvelle
médication » s’adresseront uniquement à des patients (chroniques) qui entament
un nouveau traitement médicamenteux. A partir de ce 1er octobre 2013, ces
entretiens pourront être proposés aux patients

asthmatiques qui doivent prendre des corticostéroïdes à inhaler. Le choix de
l’asthme ne doit rien au hasard, car l’amélioration de sa prise en charge est
susceptible d’avoir un impact positif considérable tant sur la qualité de vie
des patients que sur les dépenses de santé. Les entretiens seront intégralement
pris en charge par la sécurité sociale.


Parlez en à votre pharmacien. Demandez lui
conseil.



 



Source APB – AFMPS –
INAMI Novembre 2013

















 



 

15-01-2014

La Cour des comptes se prononce sur le système de gestion du remboursement des médicaments :



  • La Cour des comptes a constaté que
    le système de gestion de remboursement des médicaments ne répond pas
    nécessairement aux normes internationales fixées par l'OMS, l'OCDE et la
    Commission européenne. La Cour des comptes formule des recommandations pour
    améliorer les performances du système de remboursement en termes de qualité, d'efficacité,
    d'utilisation rationnelle et d'équité.


La Cour a examiné la manière dont l'Etat belge
rembourse les médicaments. En 2011, il a affecté 2,77 milliards d'euros à ces
remboursements, ce qui classe la Belgique en cinquième position (sur 23 pays
européens) en matière de dépenses exposées par habitant pour l'achat de
médicaments, selon des chiffres de l'OCDE. "Pour l'Etat comme pour le patient, il importe d'assurer l'accès aux
médicaments qui ont une action thérapeutique adéquate sans générer de dépense
superflue
", relève la Cour des comptes.



La commission de remboursement des médicaments
(CRM) de l'INAMI devrait avoir beaucoup plus de moyen (CRM) pour orienter les
développements vers des objectifs de santé publique prioritaires, note la Cour
des comptes, qui "recommande
dès lors de revoir les processus d'admission au remboursement pour stimuler
l'innovation, assigner à la politique de remboursement des objectifs précis et
mesurables et définir, à partir de ceux-ci, un plan d'action concret pour
chaque acteur du système
". Elle conseille aussi de permettre à
la CRM de gagner en indépendance.



La Cour recommande également de renforcer les
exigences en matière d'études cliniques pour mieux étayer les comparaisons
entre médicaments, nouveaux et existants.



Il faut également encourager la collaboration
entre les professionnels de la santé et l'Agence européenne des médicaments, de
même qu'avec l'Agence fédérale pour les médicaments et les produits de
santé'AFMPS).



La Cour prône encore un meilleur contrôle des
prix réellement pratiqués et une utilisation plus rationnelle des médicaments.



 



http://www.rtbf.be/info/belgique/detail_le-remboursement-des-medicaments-pourrait-etre-plus-efficace-pour-la-cour-des-comptes?id=8177326



Sources : RTBF
infos 







pills pic